Les autres complaintes de Goupil


Goupil goupille


Dame Panthère, fière femelle forestière
Enviait le trône vacant de Reine Mère.
Jeune veuf plein d'orgueil, le beau Lion,
Sans larme à l'oeil, souffrait au plus profond.
La féline arriviste de sa griffe supprimait
Chaque prétendante ou prétendue rivale.
Tous les mâles des bois, pour une fois s'accordaient:
Les guépières de Panthère, n'ayant pas d'égales,
Tenterons, tôt ou tard, le regard royal
Et bien vite cedèra tout entier l'animal.

Aveuglé par la peine de sa lionne perdue,
Sans aucun conseiller pour le mettre en garde,
Sa Majesté souffrante avançait sans parade,
Vers le piège subtil par la maligne tendu.

Observateur sans pareil, Goupil complotait.
Il savait le roi par Dame Gazelle attiré,
Et devinait les faveurs à qui écarterait
Le danger de la route de sa protégée.
Après un long cogite, Renard court à la cour
Et demande en express à parler au Roi
-Jamais sa Majesté, "en express", ne reçoit!
Retorque le Cannard, Laquais fidèle et sans détours.
Goupil souffleté, repart attéré au terrier,
Et croise, quelle ironie, la friguante Panthère.

-Princesse! Créature enchantée de nos sous-bois!
Se peut-il qu'aucun Lion ne vous résiste, Madame?
Seule vous, pourrez faire, à notre lion de Roi,
Oublier sous les draps le récent drame.
-Renard, tes compliments sont louches,
Et peu me chaud que mes charmes te touchent.
Cependant, tu me plais, sois ce soir mon cavalier
Pour le bal de la cour, passe me prendre, masqué.

Goupil s'executa et à l'heure du banquet
Souffla au Roi le dessein de la cruelle.
L'animal royal, museau dans l'écuelle,
Convoqua pour le soir l'accusant, l'accusée.
Confrontation d'agenda et touti quanti...
La Panthère n'en sortit pas en vie.
Et Goupil remercié, repartit sans faveur
Médaille au cou et salutations les meilleures.


La pureté des intentions donne l'éclat de la médaille.