Les autres complaintes de Goupil


L'Eléphant et le Colibri

Veil Eléphant, assis, trompe basse, oeil ridé,
Repassait, larmoyant, sa longue et lourde vie,
Voletant alentours, guilleret Colibri,
S’approcha du pachyderme, bavard et léger :

« Mon beau, tu sembles grave, en quoi puis-je t’aider ?
- Hors de ma vue, moustique ! Grogna le gros aigri.
- Quelles façons ! Quelle tristesse ! Que t’as rendu si gris ?
Rien, tout, pfft, tout et rien, à quoi bon en parler ?

- As-tu jamais tué, trompé ou menti ? - Non !
- Lors donc ! Souris ! Barris ! Tout le reste ne comptes pas !
Géant, délesté, debout : Soit ! Tu as raison ! »

Balance du bonheur, tu nargues avec aplomb,
Les disciples newtoniens et leurs pesantes lois,
Et la plume, selon toi, pèse plus que le plomb.