Les autres complaintes de Goupil


Octobre

Longue et lente journée d’automne à Paris,
Taxi, blabla, taxi, champagne et TGV,
Le CAC au tapis, visages et ciel gris,
Peuple exténué, découvre tes PV.

Démence des marchés, tels d’ignobles fourmis,
Traders, financiers, rédigent leur CV.
Tour à tour les bourses, les banques et les esprits.
Cèdent au virus qui va les achever.

Maudit mois d’octobre, sévère mais têtu,
Tu traques l’orgueilleux, riche spéculateur,
Le berces, puis, l’endort, puis, souriant, le tues.

Depuis Babel, nada ! Les humains s’évertuent,
A cueillir, plus haut, leurs espoirs de grandeur ;
Et ramassent chaque hiver, leurs ambitions déçues.